Praticienne neurofeedback dans le 971 la Guadeloupe à Baie-Mahault -

PRATICIENNE NEUROFEEDBACK NEURO BIEN ETRE dans le 971 la Guadeloupe à BAIE-MAHAULT

Coordonnées

NEURO BIEN ETRE PRATICIENNE NEUROFEEDBACKCentre Esthétis – Morne Bernard 97122 BAIE MAHAULTTel : 06 90 33 33 30BAIE-MAHAULT971 la Guadeloupe
Praticienne neurofeedback dans le 971 la Guadeloupe à Baie-Mahault

Praticienne neurofeedback dans le 971 la Guadeloupe à Baie-Mahault

Formation PRATICIENNE NEUROFEEDBACK

Cette aventure avec le Neurofeedback a débuté pour moi il y a maintenant 2 ans.
Après avoir travaillé dans la communication et l’audiovisuel pendant 20 ans, j’ai eu envie d’impulser un nouvel élan à ma vie professionnelle. Attirée depuis toujours par les médecines douces et les thérapies humanistes, j’étais très motivée à accompagner les gens à se prendre en main pour soulager leurs maux et les emmener vers plus de bien être.
Le choix de pratiquer le Neurofeedback s’est imposé à moi suite à des séances réalisées dans mon cadre familial. Ma fille a eu besoin d’un coup de pouce pour un problème délicat à résoudre (l’énurésie), et pour lequel aucun protocole n’avait fonctionné. En quelques séances, ce problème s’est résolu et je dois dire que sa vie a changé !
Forte de cette expérience, je me suis formée au Canada quelques mois plus tard et investit dans le matériel nécessaire pour réaliser les séances. Depuis 2017, je suis praticienne en Guadeloupe et j’accompagne avec bonheur les clients qui me font confiance.
Au plaisir de vous rencontrer pour vous faire essayer le Neurofeedback dynamique !

Pratiques

Le neurofeedback est une méthode d’entraînement utilisée pour réguler l’activité du cerveau. Il permettrait de lutter contre stress, migraine, dé cit d’attention, insomnie… et bien d’autres troubles. Le point avec Valérie Ramlall, praticienne.

Qu’est-ce que le neurofeedback ?
Le neurofeedback est une technologie qui a vu le jour dans les années soixante aux États-Unis. Il permet d’aider le cerveau à s’autoréguler. En plaçant des capteurs sur la tête, on peut mesurer l’activité électrique du cerveau. Un logiciel analyse cette activité électrique et informe le cerveau en retour sur son propre fonctionnement de façon auditive ou visuelle, pour qu’il puisse se corriger. Cela peut aider à retrouver un fonctionnement harmonieux et optimum.

Cela veut dire que notre cerveau est malléable ?
Notre cerveau est extraordinaire- ment souple. Il peut se transformer
pour acquérir de nouvelles notions. Il peut abandonner des notions périmées et des modes de pensée inadéquats. Il évolue sans cesse, c’est pour cette raison que l’on dit qu’il est neuroplastique.

À qui s’adresse le neurofeedback ?
Par son caractère non invasif et progressif, le neurofeedback dyna- mique est adapté à tous les âges, des jeunes enfants aux personnes âgées, ainsi qu’aux personnes pré- sentant un handicap. Les personnes l’utilisent comme outil de dévelop- pement personnel (con ance en soi, concentration, mémorisation…) ou pour venir à bout de nombreux troubles : insomnie, migraine,
dépression, burn-out, stress et anxiété, phobies, troubles dys, dé cit d’attention et hyperactivité, retard mental, mais aussi maladie de Parkinson, Alzheimer, épilepsie, dépendance au tabac…

Comment ça marche concrètement ?
La séance de neurofeedback dynamique est entièrement auto- matisée et pilotée par ordinateur. Un logiciel analyse en permanence l’activité électrique de votre cerveau. Le logiciel s’intéresse avant tout aux variations brutales d’amplitude du signal (appelées turbulences). Dès que le logiciel détecte un début de turbulence, il interrompt briè- vement le son de la musique ou lele défilement de l’image que vous regardez. Cette microcoupure, qui crée un effet de surprise, permet au cerveau de revenir au présent. Elle déclenche un réflexe d’orientation qui entraîne une interruption du développement de la turbulence. La répétition de ces brèves micro- coupures aide le cerveau à retrouver un fonctionnement plus harmonieux et à optimiser son potentiel, ce qui a pour conséquence des amélio- rations fonctionnelles (au niveau émotionnel ou physique).

Comment se déroule une séance ?
Une séance de neurofeedback dynamique dure habituellement 1 h et comprend 30 min de neurofeed- back. Deux capteurs sont disposés sur votre tête et trois pinces sont accrochées à vos oreilles. Vous êtes assis confortablement et écoutez de la musique ou visualisez un lm. Vous restez passif et n’avez plus qu’à vous laisser aller.

Combien de séances sont nécessaires ?

Il est d’usage d’envisager cinq ou six séances au début pour voir comment les choses évoluent. Tous les cerveaux étant différents, il n’est pas possible de prévoir les effets des séances ni d’en évaluer le nombre nécessaire. Pour les cas simples, 10 à 15 séances peuvent suf re. Pour un travail plus en pro- fondeur ou un problème dif cile ou chronique, 20 à 30 séances peuvent s’avérer nécessaires. Il est bon de consolider l’entraînement par quelques séances complémentaires une fois que l’on est satisfait du résultat. Les effets sont ensuite acquis dé nitivement (sauf rares exceptions, nouveau traumatisme, intoxication…) mais certaines personnes préfèrent continuer l’en- traînement régulièrement.

Peut-il y avoir des effets indésirables ?
Parfois, des personnes très sensibles font état de maux de tête ou de fatigue. Mais cela reste très rare.

En France, le neurofeedback fait débat dans le milieu scienti que, ne suscitant pas l’adhésion de tous.
Pourquoi ?

Le neurofeedback n’est pas une technique médicale mais une méthode d’entraînement. Elle est de plus en plus employée à l’hôpital. La Salpêtrière l’utilise pour les troubles du sommeil et l’autisme. L’hôpital Sainte-Marguerite à Marseille utilise le neurofeedback pour les troubles du déficit de l’attention (TDAH) et l’épilepsie. La diffculté de diffusion vient peut-être du fait qu’il existe plusieurs formes de neurofeedback (active, dynamique…) qui reposent sur des technologies différentes.

Des résultats probants semblent concerner les TDAH chez les enfants. Quels sont ces résultats ?

L’efficacité du neurofeedback pour les TDAH est un des domaines qui a été le plus étudié. Depuis 2012, l’American Academy of Pediatrics recommande le neurofeedback comme un des traitements non médicamenteux dont l’efficacité est la mieux démontrée scientiquement pour le TDAH. Et 83 % des praticiens de neurofeedback dynamique rapportent une amé- lioration d’au moins 40 % des symptômes chez leurs patients au bout de 20 séances.

magazine anform ! septembre – octobre 2018 •

Horaire

LUNDI & MARDI : A DOMICILE

MERCREDI ET JEUDI : 8H-18H

VENDREDI ET SAMEDI : 8H-12H

Informations complémentaires

Certaines mutuelles remboursent quelques séances par an.

S'inscrire à notre newsletter

Recevez directement dans votre boite mail les dernières informations sur les médecines douces.

Merci de vérifier votre boite mail pour confirmer votre inscription